MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

YOCS FLOURAUS 2013

0

C’est à Artiguelouve le 15 octobre au restaurant Le Kildara que l’Institut Béarnais et Gascon a décerné leurs prix aux lauréats des Yocs Flouraus 2013. Le Jury présidé par Pierre Bidau a distingué 17 poêtes et prosateurs, auteurs d’oeuvres de qualité comme les années précédentes. Chaque lauréat a reçu médaille et diplôme des mains de Maurice Triep-Capdeville, Bernard Coustalat, Léon Sayous, Rosie Brouca, Justin Laban et Hubert Lux. Jean Arriubergé Conseiller général et membre du Conseil d’Administration a joint ses félicitations à celles de ses amis, assurant chacun de sa volonté affirmée de maintenir l’intégrité de la langue béarnaise face à ceux qui la contrefont, voyant dans cette manifestation le meilleur témoignage de sa vitalité et de sa transmission aux jeunes générations.

LE PALMARES

Poésie: 1er prix Jean Lignacq; 2. Lucienne Lamarque; 3.Régis Daille

Prose: 1er prix Jean Lignacq; 2. André Cazenave.

Sentiment: 1er prix Germaine Salamagnou; 2. Jean Lopez; 3. Lucienne Lamarque

Contes: 1er prix Paul Capdessus; 2. Pierre Lagarrue; 3. Jean Etcheberrigaray

Témoignage: 1er prix Pierre Lagarrue; 2. Angèle Lacoste; 3. Jean Dupouy

Humour: 1er prix Angèle Lacoste; 2. Gérard Lacrampe; 3. Jean Lignacq

Temps qu passe: 1er prix Pierre Pedegert; 2. Denise Plandé; 3.Marie-Thérèse Lafitte

 

Lou Debis 

 

L’escole, l’ensegnamén, la soucietat, tout que cambie.

Lou houssé, l’arrestèth, la charrue e puch lou tractur.

Lou telefone dap lou standar, lou pourtàbl?, la Tarlaque.

À l’escole, qu’abém touts en memòri, au Capbat la léngue d’Oil, au Capsus la léngue d’Oc. N’at poudèm que créd?, puchqu’en princìpi, tout ço qui-ns ensegnaben qu’ère bertat.

E puch, que y abou lou « Felibrìdy? » de Mistrau. Segu, qu’estou pourtadou de grans autous e creadou d’obres literàris, més malaye, pourtadou tabé d’ûe standardisacioû de las noùst?s barietats regiounales per l’outsitâ. E aco qu’éy e que demoure quàuqu’arré qui nou poudém accepta permou qu’éy la mourt de la noùst? istòri racinàri e patrimouniau.

Au noum de l’Europe, e pouderét admét? que ûe soule léngue escriute e sì? empousade en loc e place de touts lous pèys qui-n hèn partide ?

Alabéts oéy, fenit las granes teories qui bòl?n dicta las loues boulentats à û pùpl? soubirâ, qui soul a bastit la soûe léngue, aci la léngue biarnése. Bousàut?s, oéy, en participan à aquést?s Yocs Flouraus, que-n èt lous simbèus bius.

E puch, que y a touts aquéts, chéns qui ûe léngue e demoureré chéns bite e chéns trasmissioû, que bouy dìs? touts lous especialìst?s, autous, unibersitàris, lenguìst?s, istouriâs, escribâs, cantadous, countàyr?s.

Lou latî qu’éy estat lou pay de toutes las léngues dou Capsus de la France, més tabé de toutes las léngues dous pèys besîs, e dinque en Amerique. Toutû, qu’an goardat cadû la loue identitat ! Que m’estoùni que lous Outsitâs n’ày?n pas essayat de y hica lou nas !

Alabéts oéy, fenit las designacioûs, dialèctes, deribats, apartenénces. La léngue biarnése qu’éy ûe léngue istouric despuch l’Àdy?-Mieyancè, e oéy engoère e toustém, lou soû pèys que-s apère Bearn. Alabéts oéy, fenit l’apartenénce à las léngues d’Oc. N’apartieném à d’arrés e à tout lou moùnd?. La noùst? léngue biarnése que hè partide d’û escabot lenguistic qui-s apère la Gascougne.

E coum at a hère plâ mentabut noùst? Capdau en û escàmbi dap lous noùst?s amics proubençaus, que y a las léngues d’Oc e de Gascougne. Dìs? e sustout escrìb? de que hèm partide de las léngues d’Oc, qu’éy recounéch? l’outsitâ e l’ipoutetìqu? Outsitanie autounoumìst?.

Ta feni, qui miélh? que û pouète biarnés, badut à Gan, Pierre Emmanuel de l’Academie francése, e poudè parla autâ plâ de la léngue biarnése. Que-p bau léy? û petit tros d’û hère lusén pleytéy ta la léngue biarnése, qui hasou enta la soûe recepcioû à l’Academie de las Létres pirenénques en 1962 :

« Le béarnais m’a appris à aimer dans le langage un acte permanent d’incarnation : l’identité de celui qui dit et de la chose dite, de la nature et de l’esprit […] Grâce à cette langue que j’ai un peu oubliée, mais qui me demeure toujours neuve, de sorte qu’à relire tels textes béarnais, j’éprouve de nouveau le sentiment que la genèse vient d’avoir lieu…»

Pierre Emmanuel ajoutait que cette terre de Béarn était sa mère et que le béarnais était son père.

Le Président du Jury,

Pierre Bidau

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser une réponse