MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

Yantot de la Castagnère à la hère

0

Yantot de la Castagnère à la hère*


Que ba ta la borde cerca-s lou betèth, que l’a labat, estrilhat, broussat. Qu’a lou coé lusén, lou mus umìde…qu’éy hèyt enta espia ! Estacat dap ûe beroye corde, que seguéch lou noùstẹ Yantot e que seran de dore au marcat – n’éy pas loégn lou Marcadiu de Nay – e la bèstie abituade à coùrrẹ e à pinna déns lou prat nou-s hè pas estira. Lou matî qu’éy càlmẹ. Nou y a pas encoère trop de moùndẹ e Yantot que-s en ba hica lou betèth à l’estacadé, yùstẹ daban lou Cabarét. Aquiu que-s yunten lous dou soum de Nay, de las Labassères, Brùdyes, Assoû permou que lou mèste deu Cabarét qu’éy badut per aquéth parsâ. D’aquiu enla que bedera lou betèth, que-s escalourira dap lou cafè qui n’a pas près lou téms de bébẹ à case e, tabé, de tourna trouba counechénces qui ne ban pas tarda d’arriba ; qu’éy die de hère…
  • Adiu Yantot, quin te ba ? ci-u dits lou Pèy d’Esquilhouta, que y a bèth téms que nou t’èy bist ! Qu’ès bachat à pè ? You qu’èy prés l’autocar « La Coucure. » Qu’éy plâ aysit ; tè, sàbes, que-m hèy biélh.
  • Tè, Momo, porte-ns û pintoû deu blanc e dus béyrẹs.
Lous dus amics que tringuen, qu’an de que counta-s : la guèrre, lou tribalh, las istoères deu bilàdyẹ, la politique… De batala que da sét ; que tournen bébẹ e que coupen la crouste ; pâ, paté, pus, roumàdyẹ. Dehore que y a maquignoûs qui biren autour dou betèth de Yantot, que toquen lous curroûs, las coéches. Cadû que bouleré esta lou purmè à poudé marcadeya lou betèth e ha lou boû aha… més nat mèstẹ au coustat ! Tan pis, que tournaran drin méy tar.
Au cap d’û téms, Yantot que couménce d’esta drin rouy, l’oélh esberit, que cante… Disna, youga à las cartes, tout aquero qu’aucupe lou brèspẹ. De la hére, arré nou-n a bist. Toutû que y abè moùndẹ per lou marcadiu : oéyt cafès sus la place enta bébẹ e ta minya, touts qu’abèn tribalh. Daban la maysoû coumune que y abè taulès de tout escantilh : mercerie, marchans de tistèths, d’esclops, de souliès, de bachère, paraplouyàyrẹs, marchans de harde, drapiès ! Las paysanes que benèn oéus, lapîs, pouréts ou guits… cerises ou poumes à la sasoû. Debath la hale, las legumàyrẹs, lous marchans de frute. Las arcardères que croumpaben lous oéus, e tourna-us bénẹ autalèu. Tout aco que hasè ûe mesclagne de coulous, d’aulous e de tapàdyẹ qui daben bite à la bile de Nay. Que miaben tabé mounéde permou que cade benedou que pagabe lou « plaçàdyẹ. »
De tout aco Yantot nou-n sabou arré : que-s ère drin adroumit, qu’abè tournat pinta, canta… Per la fî que-s lhebè coum poudou e que-s en tourna ta case.
La hémne que-s ère coutchade e nou digou arré. Que l’entenè à-s trebuca pertout, arrougagna … n’ère pas lou moumén de demanda noubèles. Noùstẹ Yantot que-s hiquè au lhéyt e qu’arroùnglẹ dinque-u matî. La hémne, lhebade, qu’abè hèyt lou cafè. Quoan arriba, esgarrissat, pas labat e lou ca entoupiat.
  • E doun, e l’as plâ benut lou betèth ?
  • Quin betèth ?
  • Lou qui as miat au marcat. 
Lou noùstẹ Yantot, d’û saut, que parti ta la borde… Nat betèth à la minyadére ! Tout bìstẹ, tout capot, qu’anè demanda au yéndre de l’ana mia à Nay…
Be y a dounc û Boun Diu entaus briacs : lou betèth qu’ère toustém à l’estacadé, daban lou Cabarét. N’abè pas bebut, ni minyat, qu’abè dechat las traces deu noû l’abè panat s’ou passàdye. Qu’abè dilhèu bruglat drin, més arrés nou l’abè panat !
De segu, Tantot que l’amia ta la quinzéne au marcat gros. Més n’anè pas bébẹ û cop que quoan esté benut lou betèth !
Yanéte deu Moulî
__________
*Texte primé aux Jeux Floraux de l’Institut Béarnais et Gascon

En rouge le fichier téléchargeable au format Pdf:

Yantot de la Castagne à la hére

 

Partager sur :

Infos de l'auteur

Les commentaires sont fermés.