MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

Quan reguilhe lou co..

0

L’omi qui-s cred douat en ta ha politique,
Lou prégoun dou sou co, qu’ou deù biste abouelha,
En glapa tout matî chens cragné la coulique,
Û bolou de crépauts a mode d’esdeyoua..

Bah ! que n’èm touts aquiù dous sapous e dous haris !
Quan de mesprès e cau debersé en minya « chou ! »
Hens û moundé plé d’arneguets e de hourbaris,
Qui-s merite l’escoube e lou cop de tourchou..

Mes aquet moundé ensabatat, qu’èy tabé nousté,
E s’èy risquam la gale en dab lous sarrampics,
Oun se trobe estacat, l’asou que cau que brousté,
E que s’y coumplasem en dab quauques amics..

Mes tan sé garanti, nou y’a targue prou laryé !
Alabets, tè, que cau gahas l’espade a doublé talh,
E lou coumbat, nou cau pas, perdiù, qu’en s’esbaryé !
Mes pesantes qu’en soun, las herres de l’armalh !

Que n’èy dou co en ta nou pas que s’esbrigalhé ?
Tau garanti, èy chens danyè de l’embarra ?
Debat û badalhoù, qui-n cau que s’a-t espalhé ?
Yamèy û co n’a poudut bibé en se cara !

La pèce de l’armalh sou mè co que pésabe,
Tant et tant, que nou l’èy poudude suppourta !
Qu’èy dit « Tant pis, si quauqué sayete e-m punthabe
E s’èri trop estros ta la poudé escarta !

E qu’èy estat ataù ! O de segu, l’espade
Que l’èy heyte truca chens m’en arrepenti !
Mes qu’en talhèy tabé la cape de parade,
En ta la partadya coum hasou Sent-Marti..

Mes lou co nou cessè, en mante circounsténci,
Oun m’empourtabi drin de-m crida « Caritat ! »
D’et, qui nou counégou yamèy mariboulenci,
Si sabèt qui-n lous désestrucs n’an proufieytat !

Que l’èy trettat de tout : de pèc, de cap d’estère,
D’esturonou, de faire foutre e d’anipeù,
D’arrépropi, de Mau-badut et d’arroumère !
Qu’ou hé pariè qu’û escoupit decap au ceù !

Et pourtant, qu’èy tout esmoustat de cicatrices !
A crédé qu’a prabat après cade esperec !
O Brouche dou mau-dat, mèy hort e l’esperisses,
Mèy l’arrose qu’a l’air d’eslouri de l’entec !

Lous bielhs qu’a-t an pla dit, o brouche : « Lou qui cante,
Qu’encante lou sou maù : Ataù de cade plagn,
Et que cantè tant hort, que n’a herit l’espante,
E que crèy qu’en ta tu qu’a quauque drin d’argagn !

Segu, toutû, que l’aberas la pèt û die !
Nou ya blad qui nou n’èy toucat per lou cussoû !
Mes et, per esprouba l’amou qui remédie,
Que sabéra mouri-s sou briù d’ûe cansoû…

Lou 22 de Noubembre a Moumas.

Alexis Arette

Esplics:
Aboelha, ou agoelha ( termes proches dans la région de Lescar) : Combler (Aboelha û hourat) Le dict. ne donne qu’un sens dérivé, soit « ouiller » qui est le fait de combler un fût dont le vin s’est évaporé. Le verbe à un nom dérivé :
Ahoalhes etc : C’étaient les lattes, ou les barres de bois que l’on entretoisait aux dents des herses, pour diminuer la pénétration du labour, et éviter les grosses mottes. L’opération contraire se disait « Da herris ! » Mais il avait un dérivé coquin : soit pour un même, redoubler d’efforts pour faire un enfant
Ensabatat : vient de Sabat : Subir l’emprise du démon.
Targue : Targe, Bouclier, défense :(Hiqua-s en targue !)
Armalh : Armure. Ensemble d’armement.
Esturonou :(premier o accentué) : aussi dégourdi qu’une souche .(Manque au Dic)
Anipeù : (probablement a l’origine :épouvantail) mal nippé, lourdeau.(Manque au Dic.)
Argagn : Mepris, moquerie.
Cùssoû : Bruche , divers prédateurs des céréales.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser une réponse