MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

Lous yocs

0
Par Alexis Arette (Discours des jeux floraux 2011)

 

Lou gran emperur d’Allemagne et d’Espagne, Carlos V que disè en parlan de las loengues, « L’Alléman qu’èy heyt en taus câs. .L’Anglés en taus chibaùs.L’Italien, ta las hemnes. Loun Francés en taus omis, et L’Espagnaù, ta Diù ! » Qu’èy so qui abéré dit si abè counégut lou Biarnés ?N’a-t sèy, mes que sèy que lou Biarnés qu’a la force de L’Espagnaù chens n’abé la rudesse, e qu’èy escricat coum lou Francés chens n’abé lou flaquè ! Mes coum Pey de Bidau a dit en l’ore tou lou bé qui you tabé m’en pensi, ne baù pas tourna disé la misse !

        Toutu que caù qu’en parli pucha que m’abet embitat en ta d’aco et ta sustiéné lous balens  qui bolin ha bale lou nousté parla, mes tabé ta sustiéné lous qui n’en soun pas estats apoupats quan èren yoens,et qui s’en bolin escoulia permou qu’an lou tésic de tourna préné arradits hens la traditioû. Lou defun Edouard Herriot qui n’ère pas û pèc, que disé «  Hié, lou prougrès, qu’esté la traditiou ! Lou prougrès douma, que sera la traditioû ! » E en esfeyt, la traditiou, qu’èy so qui mazéde las idées nabères qui soun soubén de bères ninaroles . Moussu Louis de Sallenabe, lou sayé mayré de Pau qué disè û die : « Ue idée nabère, qu’èy ue idée qui lous anciens abèn abut, mes qui n’an pas retiengut quan an bist qu’ère pègue ! » ! Atau amics, en ségui la traditioù pourtade per la loengue, qué crey qu’en se goardam û drin dou péguè d’alentour, e qué sébém qu’èy gran ! E qu’èy même subbentiounat !

      Que sabet touts que quan César entra en Aquitani, 50 ans abans la nousté ère, qu’arrémerqué que parlabem ûe loengue différente dous autes puples Galés. N’a pas dit aco dous autés puples dou Sud qui lous latîs aben déya counquésit, La Proubence, la Septimanie, e lou Toulousegn ! Qu’a parlat de nous autés. E bien ségu lou Latî que’s mesclè e que cambiè la loengue,  e la loengue que cambiè nencoère quan, décap en 580, arribèn d’Espagne lous Gascoûs qui puyen dinqu’a Bourdeù,  e lous Bacassès qui-s mesclèn aus Biarnés et aus Bigourdâs : e qu’èy permou d’aquére darrère mesclagne,  qui la loengue démoura drin estranyé  en taùs noustés bésis, permou qu’abém û sarrot de mouts différens ! E si la boulém counserba taù coum l’a s’an apprése, « Natré » si disè Camélat, n’èy pas brigue per û hagardè maù plaçat, qu’èy permou qu’aquére loengue qu’en s’a heyts taus coum èm. N’èm pas lheù grand cause, mes toutû lous noustes besîs nou luséchin pas prou ta qu’ayem embeye dous prené ta palhère !

      Qu’èy bist, permou que souy bielh, la loengue cambia soubén en mau, permou dous emprounts en û machan francés. Mes qué l’èy biste tabé prou béroy résista dab créatioûs nabères, a l’Escole Gastoû Fébus, au temps oun l’Escole nou s’ère pas desgansoulade.  Per exemple, quan se popularisèn las automobiles, que las apérèn « Las Tourroumbioles »,. Lous vélomoturs, qu’ou-s apérèn « Lous Petehums ». A Siros, qu’èy bist sourti lou termi de « Bire-Hami » ta nou pas empléga lou mout besti de Sandwitch ! E tandis qui lous francès adouptaben lou « Méchoui » nous autes qu’abém continuat d’apéra « Moutouade » aqué faysou de rousti la aùlhes !

              Perqué aquet enyénie nou s’ey pas mèy exprimat ? La faute qué n’èy a d’aquére éducatiou dite Natiounaù,  qui n’en se représente pas ! Lous noustés amics Bretous qué-s soubienin toustem de l’escritoli hens las escoles qui disè : « Il est interdit de cracher par terre et de parler breton ! » E pourtan, que soun lous réyimens d’aquets Paysâs qui nou sabèn oeyre qué lou lou patoès qui la république embia ta la défendé en 14 ! E qu’èy lou termi de « Peluts » qui-s balhèn lous balens bienguts de las Pyrénées, qui féni per noumenta la glori dou souldat Francés qui abè arrestat l’estranyè !

        E tout aco qu’esté pagat dab qué ? Dab Nou-digues » coytes au sou !

        Quauques réyens qu’an saubat l’aunou de l’enstitutiou, e que n’y soubre encoère quauques-ûs. Nou-s pouch noumenta touts, mes toutû Denis Pécassou ta la Bigorre, et Hubert Lux en tau Biarn, qu’an pésat, et qu’an muchat so qui abéré poudut esta û enseignamen intelliyen , si quauqués hore-pèts n’èren pas bienguts tan se ha la ley ! E quine hounte oey, de bédé û sarrot de capulats espudi lou tribalh de Palay de Camélat ,de Bouzet et de tant d’autés, ou piré encoère, empara-s de las  loues obres, en ta las tradusi hens û gnirgou, dount lous mestés ne boulèn en nad prèst ! Ayam grat per countré a de trop rares esléguts, qui, coum Christiane Mariette, et Yan d’Arriù-Beryè, qui an abur lou couradyé de pé-réma, e quauqué cop countré lous lous amics en ta ha balé so qui méritè d’esta defendut.

      Qué parli atau, permou qué n’èy lou dret, et permou penden 5O ans qu’èy gabidat lous prèts de poésie de la « Renéchence Aquitani, » chens démanda nade subbentiou a qui qué sie, e que nous débi arré a d’arrés de biûs ! Qu’abi 12 ans quanèy rencpountrat Palay et désempuch qu’èy heyt tout so qui poudi ta ha balé lou Biarn, toustem chens soutade e dab chic de mouyens. Qu’èy escribut ue doudzéne de libés, et dat tant de counférences que nou m’en soubiéni mèy. E quan souy estat cargat de la culture, à Bourdeù, n’èy pas yamèy heyt, en ta da subbentious, la différence  enter lous qui escribèn d’ûe faysou différente  de la mie !Oey Bourdeù qu’a cambiat. Oey lous sectaris, que hèn la ley. E qu’èy coumprés que bous autés, lous bertadès érétès de la Tasque, n’existabe-t pas. E bien ségu, l’esloura  e l’aunou dou nousté sabé n’exite pas tapoc. Lous érudits Moureù et Lafitte n’existen pas. Lou sayé Louis de Laborde Balen qui a hourucat tant de papès n’existe pas ! E bien ségu lou nousté gran Istouria, Christian Desplat n’existe pas tapoc !  Mes si lous Biarnés n’existen pas en taus barbecuyes de Bourdeu ou de Pau, bous autés  siat fiers  d’espudi las modes qui passen même si soun subbentiounades per capulats mèy ignourens que crabes, e mèy hagards que pédoulhs !

            Que bouy acaba en disé dus mouts d’aqueste yogue floucade. Que trobi qu’abet heyt de hère grans prougrès en matière de prose, e que cau countinua. N’en diserèy pas autan de la poésie Aquiu, que ya hère de tarrocs a truca. Tabé qué disi aus qui s’y sayen, que sé ne bolin pas appréné las règles abans d’escribé que soun hens la positiou d’û maçou qui bouleré pita ûe muralhe chens se serbi d’û hiù a ploumb !  Toutû, que p’ey escribut ûe broucadure en ta p’appréné ! Mes si nou  p’y boulet pas pléga, alabets escribet en prose , permou la prose tabé qu’a grane noublesse quan ey pla escribude !

          Lou Gran Bigourdâ Camelat, qu’abè prés ta simbeù û Sarri pitat sus û calhau dab la debise : « Toustem à de cap-sus ! » Qu’ey lou sens de l’interyectiou tant coumune en Biarn, lou « Haut » ! « Haut ! Que cau anay ! » Qu’èy tabé la débanteyade dou nousté « Mountchicou », «  Haut, tout en deban ! » Yamèy aquet coumandamen  n’èy estat autan nécessari que oey lou die ! E espiat drin sur la targue Biarnése las noustés Baquéttes, qu’an lou pè lhébat en ta mucha qué ne soun pas estangades : « Qu’en ban ! »

     Mistraù hens la Coupe Sante que parlabe de « L’endaban dous horts »,  Amuchat qu’èt d’aquets, e sus las tralhes dous qui hens de la terre de Biarn la terre soubirane, anat ! Nou-rappourtera arré aus oelhs dou moundé. Mes aquet arré que bau mèy que l’or et l’aryen ! Permou que  countien l’asségurance qui suffech aus omis de campe, d’esta, e de-s demoura toustem, « lous de qui caù ! »

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser une réponse