MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

Les Béarnais, Kabyles de France

0
Une citation intéressante du Maréchal Bosquet (brillant militaire gascon Mt de Marsan 1810-Pau 1861) rapportée par Vastin Lespy dans l’ouvrage paru en 1880 sur le Général Camou par La Société des Bibliophiles du Béarn:
On lit dans les Lettres du maréchal Bosquet à sa mère, t.III, p. 319: –
« Camou et moi, nous parlons béarnais presque exclusivement, et cela intrigue beaucoup de gens, les indigènes surtout qui savent un peu de français. Alors, on leur explique que Camou et moi nous sommes des Kabyles de France et que nous parlons notre langue comme les Kabyles ici parlent la leur, fort différente de la langue arabe. »
note:
Commandant successivement les subdivisions de Mostaganem et Sétif, Bosquet participe en 1851 à l’expédition de la petite Kabylie où il est blessé à l’épaule. A cette époque, il est l’un des plus brillants généraux d’Afrique et s’il n’a pas la réputation de Saint-Arnaud, il a su se faire apprécier par Bugeaud et La Moricière et a été cité six fois à l’ordre de l’armée. Pour ces raisons il est contacté par Fleury mais ne répond pas à ses avances faites dans la période précédent le coup d’Etat du 2 décembre. A la nouvelle de ce dernier, il demande sa disponibilité mais finit par accepter de rester à son poste, à la demande de Randon, alors gouverneur général de l’Algérie.
Autorisé à rentrer en France en 1853, il rend visite à sa mère puis s’installe au 19 quai Voltaire à Paris où il rencontre Napoléon III. Il est séduit par la personnalité de l’Empereur et conquis par son accueil.
Il retourne en Algérie, participe à une nouvelle expédition en petite Kabylie et est nommé général de division le 10 août 1853.
Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser une réponse