MJC du Laü - 81 avenue du Loup - 64000 PAU - Tél. : 06 22 11 67 43 - ibg.secretariat@orange.fr

Adiu Yustî, adiu Amic…

0

Requiescat in pace
Oéy lou Noùste Yustî qu’éy partit au Cèu…adiu Amic…adiu Yustî dous Aubiscous..

Yustî a case (photographie Yves Ginesta Collège-Lycée Saint-Joseph de Nay)

« A Diu mercés d’esta badut e dabé biscut en Biarn.Aquiu qu’èy poudut béde tan de bères causes, bibe dap tan de boû mounde, e lhèu pourta quauque plasé e bèt serbice. » 
(Escribut pet Yustî de Laban en 2015)

Biarnés toustém

« La Bite ? N’éy pas tà la pérdẹ qui ns-éy dade !

La Mourt ? Que-nse bien acabà l’infirmitat !

Més l’aube que luséch après la noéyt passade,

E que seras doumâ méy que nou-n ès estat ! »

La Vie? Ce n’est pas pour la perdre qu’elle nous fut donnée!

La mort? Elle ne vient que mettre un terme à notre infirmité!

Mais l’aube  luit à la fin de la nuit,

Et tu seras demain plus que tu n’as été!

Tirat dou pouèmi d’Alexis Arette de Moumas,

Lou Més mourt, 2017.

Quelques photographies de Notre Ami avec le lien du Collège Saint-Joseph de Nay:

http://www.stjoseph-nay.com/?p=22565

A Diu Siatz…

Aussau adourat !

Badut au païs planè dous aubiscoûs, talèu que las camotes e-m permetoun escapades p’ous casalas de noùstẹ, que bedouy de cap à l’arrayòu ûe ligne bluéngue l’estiu, blanque l’ibèr. Dap l’escu, la luts de Lourde ou las halhères enta neteya lous yerbîs qu’èren coum û aperét de cap au moùndẹ misterious de ço de gran.

D’aquéres mountagnes nou-n bedouy lountéms que l’entrade. La québe de Massabielle e las hèstes de Lourde que-m agradaben més lous malhs e lous pics à l’entour que-m empressiounaben.

Per bèt estiu, quarante ans a, dap lou Tausî de Nabalhes e quàuquẹs amics, embarrats quoàtẹ dies per la brume au soum dou Gourzy, que saboum que déns ûe nature pas toustém amistouse, lous òmis que soun pourtats à méy frayreja. Au permè matî d’arrayòu, lou Yausèp, sus ûe bère pèyre à mode de taule que digou misse, loégn de la hourrère més en pensan à touts lous qui, per bach, e-s dibertiben ou tribalhaben. Puch qu’arribèm au cotch de Lurdè s’ou truc de mieydie e que bedoum lou sou estangat yùstẹ dessus aquét piala quilhat : lou Pic d’Aussau. D’aquét die endaban, si créy, déns lou cap dou Yausèp que coumença à gourgouleya la cante dou Pic qui poudét léyẹ méy enla.

D’aquét die endaban, déns lou mé cap, coum en hères d’àutẹs, biengou lou saunéy de-y garrapeta dinqu’au soum. Més lèu que sabouy que nou calè pas demanda aus aulhès de m’y gabida. Chics que soun lous qui e-y soun puyats ; Nou pas per abé la came flouche, lou bouhadé brac ou lou cap bariat per la pòu… ni tapoc per rèyte de téms.

E toutû que-n y bedèn passa deja en aquét téms, de bèts ahoalhs de garrapetàyrẹs : lou brèspẹ que bachaben lou cap rouy d’arrayòu coum cléque de pouloy e l’oélh lusén de l’esplèyt d’ûe tau puyade. Moùndẹ fièrs d’abé poudut béncẹ la pòu, la sét e lou flaquè. Fièrs de tuteya adare lou Pic en l’espian de face, en lou dan lou subernoum de « Yan-Pierre », embentat per lous cinc frays Cadier de cap à 1900. Que-n y abè tabé dous qui, à pous de picots, de cordes e de herrulhes, garrapoaben sus las paréts las méy quilhades, per passàdjẹs esbariatius entaus sàrris medich… dap lou plasé de sabé que lou lou noum que demourèssẹ enta merca s’ous lìbẹs e las cartes ûe bie, ûe punte… Aylas, ta quàuquẹs-ûs lou noum que-s escribè sus las gasétes à la paje dous esglachs mourtaus.

Lous aulhès, si-n créy quauqu’û dous biélhs qui estoun amics més, que-s sentiben eretès d’ûe certéne crénte de cap au Pic. Pòu qu’abèn quoan se cintabe de brumes négrẹs, anounce de machan téms. Pòu tabé quoan lous péts de perìclẹ e hasèn retreni aquét piala toutû hort ploumat e houni las pèyres destacades per l’eschalagas dinque-us calhabès de Poumbie e de Peyregét.

Méy pregoun lhèu déns lou sentimén, lou soubeni dou téms oun la mountagne, familière taus qui e-y passaben dies e noéyts cade estiu, e-s hasè recounéchẹ coum ûe force màyẹ capàblẹ d’esglacha lous oumiots, per goalharts qui estoùssẹn. Soubeni lhèu tabé dous téms oun lous ayòus adouraben las mountagnes màyẹs, counsiderades coum lou palays de las puchances superioures : l’Olympe dous Grècs, lou Sinaï dous Judius, lou Cervin de las Alpes… lou Pic dou Mieydie dous Biarnés e dous Aussalés. Permou que tout die, segu, à l’ore oun lou sou arrayabe au miéy de la soûe course, que-s estangabe sus aquét pic coum enta û aumàdjẹ estraourdinàri. B’ère permou d’aco que lou sé de Sén Joan e hasèn àrdẹ las halhères au soum de turouns ou tucòus, simbèus de las mountagnes méy hautes.

Perqué déns quàsi toutes las religioûs, enta l’auherénde qui bòu liga lous òmis dap la dibinitat e cèrquen ûe pèyre – simbèu de mountagne à la noùstẹ pourtade ? Ta nous auts, crestiâs, la pèyre de l’auta que rapèle lou Sinaï de la léy, lou Tabor de la glòri, lou Sion de Jerusalém dap lou turoun dou Golgotha. Nou-ns estouném labéts d’aprénẹ que l’abèsquẹ Vallier e bouloùssẹ puya s’ou pic qui doumine las balées ariegéses.

Nou poudém dìsẹ aci tout ço qui éy estat biscut déns las mountagnes e tan beroy coundat per P. Minvielle dans « Les Pyrénées des 40 vallées » ou Margalide Gaston déns « De la montagne à l’homme » ou Gaston Russel déns lous « Souvenirs d’un montagnard ».

« Que d’heures j’ai passées dans la contemplation… dans la paix qui nous inonde alors qu’il y a comme une leçon divine, car elle nous avertit que la douleur est naturelle et le bonheur un accident…

… Le Pic d’Ossau est fantastique, solitaire, menaçant et son profil est plein de majesté : il a sans contredit quelque chose qui attire…

… Combien de fois me suis-je ému et recueilli… à l’heure où le soleil répand sur la nature les gloires et les tristesses du soir, à l’heure où tout s’endort, excepté Dieu, la brise et les torrents. » (Page 190).

Perdounat-me labéts lou soubeni d’û die d’estiu 1950. Quàuquẹs amics amassats sus la punte d’Espagne en aquét téms oun nou y abè trop de hourrère. À l’arrayòu estiglan, sus aquét auta jamés tribalhat per mâs d’òmi, quine emoucioû de besti la cape enta misseya ! De quin coustat e-s calè bira enta que la noùstẹ pregàri amassèssẹ las gaujous e las pénes dous òmis ? Qué soun lous danyès de la puyade ou de la bachade ? Coum Sén Pè au Tabor, aquét die qu’aberi boulut demoura sus lou Pic per toustém.

Aussau, ta you que baleras hère méy que ta ha pèchẹ las òulhes, ta espraba las forces e lou couràdjẹ dous òmis, que seras lou loc benadit oun l’esprit liberat sabouréye ores qui mercaran toute ûe bite.

Yustî de LABAN 

Reclams 3/4/5/6 1986

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser une réponse